Vincent Collet : « On est dans le dur »

Si le sélectionneur des Bleus concède un passage difficile, il espère que son équipe saura rebondirdès ce vendredi face à la Biélorussie.

Sur le différentiel au rebond et le facteur fatigue

La stat du rebond est la plus parlante de la rencontre. Elle l’était déjà à la mi-temps. Sans vouloir chercher trop d’excuses ni vouloir couvrir mes joueurs, il y’a quand même le facteur de la fatigue. On a eu un déplacementun peu difficile hier (mercredi), compliqué. Face à l’Espagne, on avait laissé beaucoup d’énergie et puis les absences font que l’on joue avec une rotation un peu ressérée. Comme l’a dit Nando, on n’a pas compensé par la concentration […] C’est pour cela que l’on s’est fait largement dominer dans ce secteur donc ça c’est un élément.

De la même façon on n’a pas compensé par la lucidité en attaque en faisant bouger beaucoup plus la balle. On a beaucoup porté le ballon. L’agressivité des Belges on ne l’a pas suffisament contournée. En deuxième mi-temps on n’a plus été capable d’amener la balle près du cercle. On s’en est remis à beaucoup d’actions individuelles qui, dans ces circonstances-là, devenaient beaucoup plus difficiles. On sentait bien que les joueurs manquaient de fraicheur.

 

Sur le temps de jeu de Tony Parker et le match face à la Biélorussie

Ce soir (hier) Tony a joué 20 minutes, c’est une bonne chose. Il a besoin de ça, ça va l’aider à remonter la pente. Et maintenant j’espère que dès demain (aujourd’hui) on va montrer un autre visage. J’ai confiance dans le groupe pour rebondir. Les joueurs savent que le match n’a pas été réussi et pas très bon. On espère ausis que tout les pépins physiques ne soient pas trop grave.

 

Sur les pépins physiques

Ronny Turiaf a mal à la hanche, Mike Gelabale ne pouvait pas rejouer car il avait un torticolis qu’il avait contracté hier (mercredi)  dans le voyage retour. Ronny a pris un coup mais j’espèreque ça n’est pas trop méchantcar ça serait vraiment gênant qu’on ait encore moins de joueurs pour demain (aujourd’hui).

Sur la série de matchs rapprochés

On vera plus tard si c’est un mal pour un bien. On peut l’espérer en tout cas. Pour l’instant on est dans le dur. Il ne faut pas avoir peur de le dire, c’est une réalité. On a 17 jours jusqu’au premier match des Jeux donc il faut que l’on remonte, que l’on soit patient, solidaire, que l’on travaille ensemble. Et avoir l’idée en tête qu’il faudra jouer tous les matchs à fond pour se qualifier pour les quarts de finale. après on verra ce qui se passera. Il faut garder le cap mais les difficultés font parties d’une préparation. Quand on est dedans il faut s’en servir pour avancer.

Tags : ,
Comments

Commentaires (1)

  1. Freezz

    Coach! On en a gros!