Vincent Masingue : « Si on peut se mêler à la lutte pour le titre, on ne va pas se gêner »

L’intérieur du Paris-Levallois, qui nous a annoncé que c’était (encore) sa dernière saison, revient avec nous sur la victoire face au Mans et le parcours des Franciliens cette année.

BasketActu : Grosse victoire face au Mans le week-end dernier. La saison se passe plutôt bien.

Vincent Masingue : C’était un match important parce qu’on sortait de deux défaites consécutives. Ça n’est pas arrivé souvent cette année. Il y a surtout celle à Roanne qui est frustrante parce qu’on sait qu’on pouvait l‘emporter. Ça fait du bien de repartir sur une victoire et de conserver l’invincibilité à domicile. Et on met aussi Le Mans un peu derrière nous et on a cette 3ème place rien que pour nous. On continue notre route mais vu la fin de match contre Le Mans, on sait qu’on a encore des progrès à faire. Mais on avance.

BasketActu : Comme vous, les Manceaux ont un fort axe 1-5 avec Rochestie et Batista. Vous aviez ciblé ces deux joueurs ?

V.M. : On avait une spéciale attention pour Rochestie qui peut vraiment briller mais qui peut aussi faire briller les autres. C’est effectivement une équipe qui nous ressemble, très offensive, qui fait du jeu. Mais ce n’est pas le genre d’équipes que l’on redoute le plus. Mais c’est important pour nous d’être plus fort que ce genre d’équipes.

BasketActu : C’est primordial pour vous de garder cette invincibilité à domicile ?

V.M. : C’est important pour la confiance. A force de gagner à la maison, on prend nos repères et on a une confiance qui fait qu’on se dit que même si on est en retard, on sait qu’on va gagner. Parce qu’on est déjà revenu plusieurs fois de situations compliquées. Ça aide à bâtir une confiance, et pour une équipe qui prétend à une place dans le Top 8, c’est important de gagner ces matchs à domicile. Tu gagnes tous tes matchs à domicile, tu fais déjà les playoffs.

BasketActu : Le public parisien n’est pas réputé pour le soutien qu’il peut apporter et pourtant ça fait plusieurs fois que Cerdan affiche complet. On sent de l’engouement autour de votre équipe.

V.M. : Le public parisien a besoin de victoires et d’une équipe au top pour être intéressé et venir. C’est un public connaisseur et sélectif. On se doit de gagner pour les faire venir et leur donner du plaisir pour pouvoir ressentir les ambiances qui te portent dans les moments difficiles.

BasketActu : Vous avez fait un début de saison canon et ça continue. Vous redoutiez un moment de relâche ?

V.M. : On n’était pas forcément attendu à ce niveau-là. Maintenant, on n’a rien fait encore. On est éliminé de la Coupe de France, on n’a rien fait aux As. Le seul césar pour le moment, c’est d’être bien classé en championnat. Il n’y a rien qui matérialise ce classement. Il faut réussir à atteindre le premier objectif qui est une place en playoffs. Ensuite, on va viser le Top 4 qui va nous permettre de recevoir à domicile et qui nous met en bonne situation pour une Coupe d’Europe, qui est très importante pour le club. Après bien sûr, le but c’est d’aller le plus loin possible et pourquoi pas de prendre le titre.

BasketActu : Le titre est devenu votre objectif ?

V.M. : Ce n’est pas l’objectif du club, le club a besoin de playoffs et d’une qualification en Coupe d’Europe. Mais crois-moi, si on peut se mêler à la lutte pour le titre, on ne va pas se gêner. On a des choses qui tourne en notre faveur donc ça va bien. On a un bon groupe, l’alchimie s’est bien faite, on est dans une bonne dynamique. On a de bons mecs. L’année dernière a été terrible pour le PL et là on a une année où tout nous sourit. Il faut en profiter parce que ça ne vient pas tout le temps ce genre de choses. Et même avec un plus gros budget, on n’est pas sûr de réitérer cette performance donc il faut jouer le coup à fond. On est vraiment déterminé.

BasketActu : Comment tu gères ton rôle de remplaçant derrière Lamont Hamilton qui fait une très grosse saison ?

V.M. : J’apporte de l’expérience, en dehors de mon rôle sportif qui est de faire souffler Lamont et de lui donner les minutes dont il a besoin pour être efficace. Ça fait partie de mon boulot de le faire travailler à l’entraînement et de le faire progresser parce que c’est un énorme joueur qui a encore un gros potentiel et qui peut encore franchir un palier. Donc j’apporte mon expérience. J’ai la chance d’avoir été choisi par Christophe et Ron. Christophe est un jeune entraîneur et j’ai la chance qu’il me fasse confiance et s’appuie sur moi. Il est vraiment à l’écoute de ce que je peux lui dire et on sent la confiance réciproque entre nous. C’est assez gratifiant pour moi d’avoir ce rôle-là en plus.

BasketActu : Avec Philippe, vous êtes un peu les vétérans de l’équipe. C’est ce qui fait de vous les leaders vocaux ?

V.M. : On fait partie de ces joueurs qui aiment bien parler et qui sont démonstratifs. Il y a d’autres leaders dans l’équipe. Philippe et moi ne sommes pas des leaders de jeu car on n’a pas un rôle qui nous prédestine à ça. On est plus des aboyeurs. Chatfield est un leader offensif. On a aussi Jawad Williams qui tient une bonne partie du leadership de par sa présence sur le terrain et son calme et sa sérénité. Il y a David Noel aussi qui a de l’expérience dans cette ligue. Sa détermination fait le lien entre tout le monde. On a plusieurs sortes de leader.

BasketActu : A chaque fin de saison, tu annonces ta retraite. T’es reparti pour combien de temps avec le PL ?

V.M. : Je vais dire que j’arrête comme ça l’année prochaine tu pourras dire que j’ai encore menti si je continue (rires). Non mais y’a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et j’ai besoin de prouver que je ne suis pas un con donc je change d’avis tout le temps (rires). Bon blague à part, je pense qu’il faut vraiment arrêter. Mon corps dit stop. Si je fais encore un ou deux ans, je vais finir en béquilles. Mon corps m’envoie des signaux. Cette fois, c’est la bonne.

Tags :
Comments

Commentaires (1)

  1. JFR

    J'espère que tu achevera ta carriere sur un titre Vinz !