Vitoria plombe l’Efes, le Fener gâche le retour de Kirilenko, le Barça en thriller

Vassilis Spanoulis est devenu le troisième meilleur passeur de l’histoire de l’Euroleague, pendant que Kirilenko reprenait goût à la défaite.

B-4dB6TWwAErmFU.jpg-largeEn pleine renaissance depuis le départ de Marco Crespi, remplacé par son adjoint Ibon Navarro, Saski Baskonia est allé s’imposer sur les terres de l’Anadolu Efes (84-87), son adversaire direct pour la qualification.

Emmené par Colton Iverson (17 pts, 11 rbds) et Fernando San Emeterio (22 pts), la formation ibérique a résisté au retour en force des Stambouliotes, et notamment au dernier shoot longue portée de Dontaye Draper (2 pts, 6 pds), malgré la fougue de Sario Saric (18 pts) et de leur ex-compagnon de route, Thomas Heurtel (17 pts, 5 pds). Avec quatre victoires pour autant de défaites, Laboral Kutxa se retrouve à égalité avec l’Efes, qui reste toutefois devant au classement à la faveur du pointaverage particulier.

Côté francés, Fabien Causeur a réalisé une bonne prestation (8 pts, 11 d’éval), à l’inverse d’un Kim Tillie très discret (3 pts à 1/5, 5 rbds).

AK47 torpillé

B-30mrsW4AAOC-q.jpg-largeAndreï Kirilenko retrouve le chemin de l’Euroleague comme il l’avait quittée : par une défaite (75-81). Très peu utilisé par Dimitris Itoudis, l’ex-MVP et meilleur défenseur de la compétition a pu observer la démonstration de force de Fenerbahçe, peut-être décidé à montrer que l’ex-grand tacticien du Pana se trouve bien sur son banc.

Avec une doublette Nemanja Bjelica (11 pts, 13 rbds) – Jan Vesely (14 pts) toujours aussi parfaite à l’intérieur, et un Andrew Goudelock en mode mi-croqueur, mi-clutch (14 pts à 5/14), la squad turque parvient à faire chuter le CSKA Moscou dans son antre, chose qu’elle était la dernière à avoir réalisé, en 2013.

Passée proche du comme-back, la Red Army s’est faite plomber dans le Rouble-Time par les cinq fautes récoltées coup sur coup par Nando De Colo (18 pts) et Milos Teodosic (14 pts, 6 pds). Ce dernier recevant au passage la faute technique scellant la victoire du Fener… Sacré Milos…

 

Le Barça proche de la correctionnelle, Spanoulis historique

C’est l’histoire de l’équipe qui avait le match en poche, et qui a tout fait pour le perdre. Non, il ne s’agit pas de l’OM, mais bien du FC Barcelone. Sauf qu’à l’inverse des chèvres provençales, les Catalans sont parvenus à aller en prolongation – non sans s’être fait rejoindre sur le fil – puis à sceller la victoire au cours de cinq ultimes minutes à sens unique (92-82 ap). Avec 17 unités, Justin Doellman termine meilleur scoreur blaugrana. De leur côté, Reggie Redding et Alex Renfroe, visiblement toujours au club en dépit de ses mots doux échangés ce week-end avec Sasa Obradovic, achèvent la partie avec 20 points chacun. Pour information Edwin Jackson n’a disputé que 5 minutes et 22 secondes (on est précis !), pour 1 point, 1 rebond et 2 fautes provoquées.

Enfin, le meilleur pour la fin, Vassilis Spanoulis (18 pts, 26 d’éval) a profité de la victoire de l’Olympiacos sur Unicaja Malaga (77-72) pour ravir la place de Pablo Prigioni sur le podium des meilleurs passeurs de l’histoire de l’Euroleague. Avec ses 10 dishes du soir, le Span pointe désormais au troisième rang avec 801 passes décisives. Dimitris Diamantidis et Theo Papaloukas, deux autres illustres Grecs, peuvent encore le voir venir (1 090 pour le premier cité et 977 pour le second).

Tags : , , , , , ,
Comments
Apôtre du Chachisme. I Feel Devotion. #TeamBodiroga Email | Compte Twitter

Commentaires

Comments are closed.