William Gradit : « Notre saison, elle va se jouer vendredi »

Ce soir, les Choletais se rendent à Dijon et n’ont pas le droit à l’erreur.

-17, c’est la sanction infligée par Dijon à la Meilleraie lors du match aller. Ce soir, les joueurs d’Erman Kunter auront l’occasion de prendre leur revanche mais surtout, de prendre une sérieuse option pour le 8ème spot et donc les playoffs. Car sans victoire, point de salut. Le CB doit absolument s’imposer en Bourgogne s’il veut poursuivre sa saison au-delà du 16 mai. Et les joueurs en sont bien conscients.

« Pour l’instant on sait qu’on doit absolument gagner contre Dijon, on n’a pas le choix. Parce que si on ne gagne pas, je pense que derrière c’est mort pour les playoffs. Nous, notre saison, elle va se jouer vendredi », a confié William Gradit dans une interview accordée à la LNB.

Lors du match aller, le chantier choletais était encore en pleine construction. Blessures, séries de défaites, le groupe d’Erman Kunter n’était pas au meilleur de sa forme. Mais la donne a changé depuis. Et si les Choletais ont bien du mal à développer leur jeu à la Meilleraie, ils sont l’une des équipes les plus redoutables en déplacement.

« On était encore en train de se reconstruire. Il y avait eu des départs, des blessés. Et on n’était pas bon à domicile, ce qui s’est confirmé par la suite sur toute la saison. »

Les Dijonnais vont avoir fort à faire pour stopper la machine choletaise et ses joueurs surmotivés.

« Vu que tous les résultats ont été complètement en notre défaveur on a de nouveau la pression et j’espère que tout le monde le réalise bien. »

Exemptés de match la semaine dernière, leur adversaire chalonnais étant en Hongrie pour le Final Four, les Choletais vont devoir vite se remettre dans le bain :

« On a eu le temps de se reposer, donc peut-être qu’on aura plus de fraîcheur que Dijon, mais on n’est pas dans la même dynamique. On se souvient que pour la finale l’année dernière ça avait été pareil. On avait plié tout le monde en deux matches et après on avait eu dix jours avant la finale et ça n’avait pas été bon du tout. »

Et gaffe aux assauts dijonnais qui peuvent partir à tout moment. Le Mans en a fait les frais la semaine dernière.

Tags :
Comments

Commentaires (1)

  1. sirjam

    Juste comme ca, personne a une photo de William epoque PBR? ^^