« QI basket dingue », « joueur énorme », Nicolas Batum a mis tout le monde dans sa poche chez les Clippers

Nicolas Batum continue d’être précieux pour les Clippers et tout le monde l’aime et le respecte dans le vestiaire. Et s’il nous faisait une « Babac 2014 » ?

Nicolas Batum a été titulaire 38 fois sur 51 cette saison. Les Los Angeles Clippers tournent plutôt bien lorsque le Français est dans le cinq, mais ça n’a pas empêché Tyronn Lue de réinstaller Marcus Morris lorsqu’il l’a pu. D’autres joueurs avec l’expérience de Batum auraient tiqué et demandé des explications. Le capitaine des Bleus a fait exactement l’inverse et salué, à nouveau, le choix de son coach, indiquant même qu’il était selon lui responsable de la très bonne série récente des Los Angeles Clippers (5 victoires de suite). C’est avec cette approche que « Batman » est devenu un joueur crucial et particulièrement apprécié dans le vestiaire californien.

Dimanche, l’ancien ailier des Blazers et des Hornets a de nouveau joué sa partition à merveille en sortie de banc. Des paniers à 3 points marqués dans des moments-clés, 3 contres venus rappeler ses talents défensifs et une intelligence de jeu qui a encore transpiré et offert une plus-value absente la saison dernière. Nicolas Batum continue d’être l’une des recrues de l’intersaison dernière les plus discrètement efficaces de toute la NBA.

Son coach et ses coéquipiers ne tarissent pas d’éloges à son sujet.

« Nic est super depuis le début de la saison. Il joue a un niveau très élevé. Il rentre ses tirs, est très intelligent et altruiste. Son apport est énorme pour nous », a salué Tyronn Lue devant la presse après la victoire de dimanche contre les Pistons, face auxquels Batum a inscrit 14 points.

« Il rend le travail de tout le monde beaucoup plus facile. Son QI basket est complètement dingue. Il prend toujours la bonne décision et fait toujours la bonne lecture en attaque, comme en défense », a poursuivi Ivica Zubac.

Nicolas Batum, le superbe hommage signé Steve Kerr

Si Paul George, Kawhi Leonard et les autres sont aussi efficaces cette saison, c’est parce qu’ils savent qu’un joueur expérimenté et capable d’être influent des deux côtés du terrain peut leur offrir 25 à 30 très bonnes minutes tous les soirs, sans se préoccuper de ses statistiques. Après le calvaire sportif dans une cage dorée à Charlotte, Nicolas Batum a retrouvé le plaisir de jouer et surtout d’évolue dans une équipe compétitive et qui apprécie tout ce qu’il apporte sur un terrain, sans lui demander de mériter son contrat.

« Je pense que j’ai vraiment fait le bon choix et choisi la bonne équipe. J’essaye juste de faire mon boulot et je suis très heureux que mes coéquipiers et le staff technique l’apprécient. Pour ce qui est de mes contres, je joue tous les jours avec mon fils, il a 5 ans. Je le contre environ 15 fois par jour », a plaisanté le Français.

Leurs jeux et leurs personnalités sont un peu différents, mais on ne peut pas s’empêcher de penser à Boris Diaw et le havre de paix et d’épanouissement qu’il avait trouvé à l’époque en rejoignant San Antonio. Culturellement, on ne peut pas comparer les Spurs de 2013 et cette équipe des Clippers, mais le rôle et le rayonnement de Nicolas Batum sont un peu dans la veine de celui dont il a pris la relève comme taulier chez les Bleus. On lui souhaite évidemment de connaître le même bonheur que « Babac », champion NBA en 2014.

Tags : ,
Comments

Commentaires

Comments are closed.